Tournesol et Haddock

February 23, 2014

La scène ci-dessus, d’un album Tintin d’Hergé, me rappelle le proverbe «on dit souvent la vérité en riant». Le pauvre capitaine Haddock n’arrivera jamais à crier victoire dans sa lutte avec le whisky et je me demande si jamais je crierai victoire dans ma lutte avec la peinture de portrait. Dans la petite histoire, le portrait du professeur Tournesol se met à parler au capitaine abasourdi. J’ai eu parfois la même expérience (enfin, presque et sans l’aide d’une bouteille de Loch Lomond). De temps à autre, quand je passe voir une exposition, je tombe sur un superbe portrait d’une vraisemblance renversante.

Pour moi, dans ce portrait de groupe, c’est le visage du père qui est vivant.

 Cette fois, le jeune frère à droite …

 Ici, la nurse (l’enfant me semble bien trop malin).

 

 

J’ai creusé un peu cette question de vraisemblance pour savoir pourquoi ces tableaux–ci me frappent plus que d’autres peints par les mêmes artistes. Les raisons, je pense, sont les suivantes… Le regard du modèle et direct avec la tête légèrement de côté, ce qui est une pose de causette et qui démontre une certaine intimité. Il y a un fond sombre qui contraste fortement avec le visage. Le portrait est assez détaillé et bien exécuté avec une ressemblance exacte. Et voici ma tentative de portrait d’un aspect semblable. Au moins avec mon choix de modèle, il me semble avoir un petit avantage.

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

SOCIAL MEDIA

  • Black Facebook Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Black Instagram Icon

© 2018 Louis Ryan. All rights reserved​

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now